financement participatif

Tout savoir sur le crowdfunding

Aujourd’hui, parmi les moyens les plus populaires de financer un projet d’entreprise ou d’une autre nature, on retrouve incontestablement le financement participatif. C’est un procédé qui fait appel à un grand nombre de personnes pour lever des fonds et financer un projet. Il repose sur un principe tout simple que l’on peut réduire en trois mots : soumettre, solliciter et financer. Ce procédé de financement participatif des entreprises est-il d’apparition récente ? Comment s’organise-t-il ? Quels en sont les avantages et inconvénients ?

Comment le crowdfunding est-il né ?

Le crowdfunding, c’est-à-dire la mobilisation d’une foule pour réaliser un projet soit commun, soit sur lequel l’on s’identifie en termes de valeurs et de convictions, ne date ni d’aujourd’hui ni d’hier. Le financement participatif est une technique ancienne de levée de fonds. En effet, il y a longtemps que des associations ou des groupements de personnes sollicitaient leurs membres, leurs sympathisants ou les populations en général, afin de récolter de l’argent pour un projet d’intérêt général ou particulier.

En essayant de remonter dans l’histoire, on découvre que ce mode de financement avait déjà été employé en 1713 par le poète anglais Alexander Pope. Dans le but de faire traduire une œuvre littéraire, il a sollicité auprès de ses sympathisants et admirateurs, des sommes d’argent avec en contrepartie, une reconnaissance à la fin du manuscrit de l’ouvrage. Le financement participatif a également été utilisé par l’artiste compositeur autrichien Mozart afin de financer ses concertos. Il proposait en échange à ses donateurs, un autographe et un petit mot de remerciement.

La célèbre Statue de la liberté de New York a également bénéficié de ce type de financement participatif des entreprises pour être réalisée. La méthode n’est donc pas d’apparition récente. Le crowdfunding existait bien avant l’apparition d’Internet qui l’a propulsé et en a fait un procédé légitime et reconnu de financement des projets. Le numérique a propulsé la méthode en la mettant à la portée du plus grand nombre. Dès lors, les plateformes de financement participatif connaissent une croissance et un engouement exponentiels.

Comment se passe le financement participatif ?

Le véritable moteur de la finance participative est indéniablement Internet. Il s’y développe de plus en plus de sites web appelés plateformes, spécialisés dans la mise en relation des porteurs de projets et des investisseurs (en savoir plus sur Wemag). Il faut remarquer que le procédé de ce financement rompt avec les méthodes classiques d’obtention de fonds auprès des banques et des institutions financières classiques dont les conditions sont souvent jugées trop rigides, surtout pour les jeunes.

Avec la flexibilité qu’offre le financement participatif, les jeunes en quête d’investisseurs et de financement soumettent leurs projets aux investisseurs par le biais des plateformes. Lorsque le projet est bien présenté et que les informations essentielles permettant de convaincre ont été mises en exergue, l’investisseur peut décider de le financer. Ce financement participatif des entreprises se fait selon deux modalités :

  • le crowdfunding par don : l’investisseur apporte une somme d’argent généralement faible pour soutenir le projet. L’avantage de ce procédé est qu’avec une grande masse de donateurs, les fonds collectés peuvent devenir assez conséquents pour couvrir les besoins de financement. Il faut par ailleurs préciser qu’il existe dans le financement participatif, deux formes de dons : sans contrepartie ou avec contrepartie (obtention d’un objet de faible valeur produit par l’entreprise, entrée gratuite au spectacle financé, etc.).

  • le financement par souscription de capital social : encore appelé crowdequity, c’est un procédé par lequel les particuliers ayant investi une somme d’argent dans le projet, deviennent actionnaires de l’entreprise. Ils détiennent ainsi des actions ou obligations de l’entreprise ; ce qui leur donne un droit de regard sur la gestion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *